Social

L'employeur peut désormais interdire toute consommation d'alcool dans son entreprise

Ajouter aux favoris

Même si, en principe, aucune boisson alcoolisée n'est autorisée sur les lieux de travail, la loi n'en prévoyait pas moins quelques exceptions jusqu'ici. Mais selon un décret qui vient de paraître, l'employeur redevient le seul juge de ce qui peut être consommé ou non, même avec modération...

En principe, aucune boisson alcoolisée n'est autorisée sur les lieux de travail.

Néanmoins, le code du travail faisait jusqu'ici curieusement exception à cette règle pour ce qui concerne le vin, la bière, le cidre et le poiré.

Mais en vertu d'un décret qui vient de paraître, même la consommation de ces boissons peut désormais être limitée ou totalement interdite par l'employeur, dès lors qu'il juge qu'elles sont susceptibles de porter atteinte à la sécurité et à la santé physique et mentale de ses salariés.

Cependant, le même décret précise que cette interdiction ou limitation doit prendre la forme, soit d’une mention dans le règlement intérieur, soit d’une note de service, et "qu'elle doit être proportionnée au but recherché".

Le fait de ne pas respecter l'interdiction d'introduire au sein de l'entreprise de l'alcool autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré, ou de laisser entrer ou séjourner dans l'entreprise un salarié en état d'ivresse, est puni d'une amende de 3.750 €. En cas de récidive, l'employeur encourt une peine d'emprisonnement d'un an et une amende de 9.000 €. Celle-ci est due autant de fois qu'il y a de salariés concernés par l'infraction (Code du travail, art. L. 4741-1).

 

Source : décret n° 2014-754 du 1er juillet 2014 (J.O. Du 3), art. R. 4228-20 du Code du travail.

Social

Le projet de loi habilitant le Gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances a été adopté le 13 juillet en première lecture à l’Assemblée Nationale.

Lire la suite
Social

Les 249 conventions collectives qui existent actuellement sont bien sûr disponibles en ligne. Elles sont également éditées ou rééditées après mise à jour sous forme de fascicules "papier" ou numériques par la Direction des Journaux Officiels. Voici celles qui ont été rééditées au cours du premier semestre 2017.

Lire la suite
Social

Moins pénible en effet puisque les quatre facteurs de risque les plus controversés pourraient être retirés, et moins coûteux aussi puisque les cotisations devraient être supprimées.

Lire la suite