Perte d'emploi des chefs d'entreprises : les Gérants de SARL les plus touchés

  • Article publié le 5 sept. 2022

Non seulement le nombre de chefs d’entreprises en situation de perte de leur emploi a fortement progressé au cours du premier semestre 2022, mais les Gérants de SARL en sont malheureusement les premières victimes.

Les pertes d'emploi des chefs d'entreprises en hausse de 30 %

L'Observatoire de l'emploi des entrepreneurs, publié par la GSC et Altares, vient de révéler le nombre des pertes d’emploi des dirigeants d’entreprises au cours du premier semestre 2022.

Au total, ce sont 18.519 chefs d’entreprises qui ont perdu leur emploi entre le 1er janvier et le 31 juin 2022, soit une hausse de près de 30 % par rapport à la même période en 2021.

L’âge médian des victimes est de 46,7 ans. Mais ceux âgés de 31 à 40 ans connaissent la plus forte augmentation : 4.511 se sont retrouvés en situation de perte d’emploi, soit + 47,8 % sur un an. Les entrepreneurs de plus de 50 ans connaissent quant à eux une hausse de 37,2 %, avec 4.152 pertes d’emploi.

L’essentiel (88 %) des entreprises fermées sont des très petites entreprises déclarant moins de 500.000 € de chiffre d’affaires.

Les Gérants de SARL les plus touchés

En nombre, l'étude révèle que ce sont les Gérants de SARL qui forment l’essentiel des pertes d’emploi – 7.755 Gérants touchés, un chiffre en augmentation de près de 20 % par rapport au 1er semestre 2021. Mais en proportion néanmoins, la part des gérants de SARL touchés diminue, alors que le nombre de dirigeants de SAS (+ 36,2 %) et d’artisans-commerçants (+ 21,8%) augmente fortement.

L'hôtellerie-restauration et le BtoC à la peine

Par secteurs d'activités, ce sont surtout les dirigeants qui exercent dans des professions en contact direct avec les consommateurs qui sont particulièrement exposés. Les aides de l’Etat ont permis de faire face à la crise, mais les difficultés de pouvoir d’achat des Français ont des conséquences fortes sur la consommation.

En particulier, la situation se dégrade très nettement pour les professionnels du secteur lié à l’hébergement, à la restauration et aux débits de boisson avec 2.092 pertes d’emploi (+ 60,8 %).

Les difficultés sont aussi présentes dans le domaine du commerce (3.815 entrepreneurs concernés, soit + 32,8 %), en particulier pour les commerces de détail.

Le secteur des services aux particuliers est également fragilisé par la baisse des dépenses des ménages : 730 chefs d’entreprise ont perdu leur activité professionnelle au 1er semestre 2022 (+ 36,2 % par rapport au 1er semestre 2021).

Seuls la construction et le secteur de l'information-communication (qui comprend notamment les services informatiques et les activités liées à l’internet) semblent mieux résister, avec une hausse de "seulement" 11 % des pertes d'emploi.

Toutes les régions impactées... sauf la Corse

Enfin, ce sont surtout la région des Hauts-de-France et la région Bourgogne-Franche-Comté qui sont les plus en souffrance avec, respectivement, 63 % et 44 % d'augmentation des pertes d'emploi de leurs chefs d'entreprises.

Les autres régions se situent entre 25 % et 35 % d'augmentation, à l'exception du Grand-Est et de l'Ile-de-France, qui semblent mieux résister avec des taux d'augmentation respectifs de 16 % et de 10 %.

La Corse par contre constitue l'exception : elle est le seul territoire à enregistrer un recul de pertes d'emploi de ses chefs d'entreprises : - 1,4 %, soit 71 dirigeants impactés.