Fiscal

Les avantages en nature d'un Gérant de SARL doivent être comptabilisés au même titre que ceux du personnel

Ajouter aux favoris

Même s'il est majoritaire et par conséquent non salarié, le Gérant n'en doit pas moins, selon le Conseil d'Etat, être regardé comme appartenant au personnel de la société. Ses avantages en nature doivent donc être comptabilisés.

L'affaire

A l'occasion d'un contrôle fiscal, le vérificateur constate que le Gérant, majoritaire en l'occurrence, bénéficie d'un logement de fonction – ce qui n'est pas interdit – et que cet avantage en nature n'est pas comptabilisé dans les livres de la société comme l'exige la loi - ce qui est plus grave.

Le contrôleur se réfère en effet à l'article 54 bis du Code Général des Impôts qui stipule que : « Les entreprises doivent obligatoirement inscrire en comptabilité, sous une forme explicite, la nature et la valeur des avantages en nature accordés à leur personnel. »

En conséquence, il refuse la déductibilité des dépenses supportées par la société au titre de ce logement, d'où il résulte un redressement important d'impôt sur les sociétés, ainsi que des rappels de TVA sur trois ans.

Le Gérant

Le Gérant considère quant à lui que l'article 54 bis du CGI ne s'applique pas dans son cas puisqu'il est associé majoritaire. Dès lors il ne relève pas du régime des salariés et il ne peut par conséquent être considéré comme appartenant au personnel de l'entreprise pour l'application de cet article.

En outre, il rappelle que, selon l'instruction fiscale référencée 4 C 4452 n° 2, l'Administration a fait savoir que les entreprises peuvent s'abstenir de procéder à l'inscription en comptabilité des avantages en nature accordés à leur personnel, à condition de tenir à la disposition de l'administration, comme document annexe de la comptabilité, un état comportant, pour chaque bénéficiaire, l'indication du montant, par catégorie, des avantages en nature ainsi alloués. Or, il a produit ce document.

Les juges

En dépit de ces arguments, tant le tribunal administratif que la cour administrative d'appel a donné raison au Trésor Public et a confirmé le bien-fondé des redressements et rappels infligés.

Le Conseil d'Etat

Notre Gérant décide donc d'aller jusque devant le Conseil d'Etat, mais il n'aura guère plus de succès.

La haute instance va lui confirmer en effet qu'une société qui ne comptabilise pas de manière distincte des avantages en nature accordés à des membres de son personnel ne peut soustraire de son bénéfice imposable les dépenses correspondantes, dès lors que cette non-comptabilisation leur confère un caractère de rémunération occulte.

Par ailleurs, elle considère que le gérant d'une SARL, qu'il soit associé majoritaire ou non, et qu'il soit ou non lié à la société par un contrat de travail pour des fonctions indépendantes de la gérance, doit être regardé comme appartenant au personnel de la société pour l'application des dispositions de l'article 54 bis.

Enfin, elle a également précisé que s'il est exact que les entreprises peuvent s'abstenir de procéder à l'inscription en comptabilité des avantages en nature accordés à leur personnel à condition de tenir à la disposition de l'administration, comme document annexe de la comptabilité, un état comportant, pour chaque bénéficiaire, l'indication du montant, par catégorie, des avantages en nature ainsi alloués... encore faut-il que ladite entreprise soit en mesure de présenter cet état au moment de la vérification de comptabilité, et non pas seulement après s'être vu infliger le redressement, comme cela avait été le cas dans cette affaire.

Conclusion

Que vous soyez Gérant majoritaire ou minoritaire, n'oubliez pas, si vous bénéficiez d'un avantage en nature, soit de le comptabiliser, soit de tenir, en annexe à la comptabilité, l'état descriptif exigé par l'Administration des impôts.

Sur le même thème, lire également :

Source : Conseil d'Etat, décision n° 359497 du 26 décembre 2013.

Fiscal

Sur simple demande de l'Administration, les entreprises sont désormais tenues (sous peine d'une amende de 5.000 €) de lui transmettre une copie de leur comptabilité informatisée. Cette nouvelle forme de contrôle fiscal, appelée "examen de comptabilité", a été instituée par la récente loi de finances rectificative pour 2016.

Lire la suite
Fiscal

Jusqu'ici réservé aux seuls entrepreneurs personnes physiques, le régime fiscal simplifié de la micro-entreprise pourra bientôt être adopté par les EURL répondant à certaines conditions.

Lire la suite
Votre statut

Pour la troisième année consécutive, l'URSSAF vient une nouvelle fois de modifier sa position en ce qui concerne le droit des mandataires sociaux, en particulier des Gérants de SARL, à bénéficier des titres-restaurants.

Lire la suite