Social

Commerces de détail du bricolage : ce que dit le décret autorisant l'ouverture le dimanche

Ajouter aux favoris

Par un décret publié au J.O. du 31 décembre, les commerces de détail du bricolage sont provisoirement autorisés à déroger à la règle du repos dominical. Voici les activités concernées :

Selon le Code du travail, certains établissements dont le fonctionnement ou l'ouverture est rendu nécessaire par les contraintes de la production, de l'activité ou les besoins du public, peuvent être autorisés par décret à déroger à la règle du repos dominical en attribuant le repos hebdomadaire par roulement.

Il en était déjà ainsi, notamment, pour les commerces suivants :

  • Commerces de détail de l'ameublement
  • Débits de tabac
  • Postes de distribution de carburants pour automobiles
  • Commerces de la poissonnerie
  • Commerces en gros des fleurs naturelles

Extension au commerces de détail du bricolage

Désormais, il en est ainsi également pour les commerces de détail du bricolage, c'est-à-dire, selon le décret, les établissements de vente au détail qui font commerce à titre principal de :

  • matériaux et matériels de bricolage ;
  • quincaillerie ;
  • peintures-émaux-vernis ;
  • verre plat ;
  • matériaux de construction.

Cette dérogation est prévue jusqu'au 1er juillet 2015, dans l'attente du vote d'un nouveau cadre législatif en matière d'exceptions au repos dominical dans les commerces.

Source : Décret n° 2013-1306 du 30 décembre 2013 (J.O. du 31).

Social

Le projet de loi habilitant le Gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances a été adopté le 13 juillet en première lecture à l’Assemblée Nationale.

Lire la suite
Social

Les 249 conventions collectives qui existent actuellement sont bien sûr disponibles en ligne. Elles sont également éditées ou rééditées après mise à jour sous forme de fascicules "papier" ou numériques par la Direction des Journaux Officiels. Voici celles qui ont été rééditées au cours du premier semestre 2017.

Lire la suite
Social

Moins pénible en effet puisque les quatre facteurs de risque les plus controversés pourraient être retirés, et moins coûteux aussi puisque les cotisations devraient être supprimées.

Lire la suite