Juridique

Ethylotest : 4 mois de sursis pour les PV

Ajouter aux favoris

"Compte tenu des difficultés d'approvisionnement recensées dans certaines régions"  le ministre de l'Intérieur a décidé de reporter la date d'entrée en vigueur de la verbalisation du défaut d'éthylotest.

Depuis le 1er juillet 2012, le Code de la route dispose que tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, y compris un véhicule professionnel, doit justifier de la possession d’un éthylotest.

Il peut s'agir d'un éthylotest électronique ou chimique, mais à condition dans ce deuxième cas qu'il soit non usagé et non périmé, disponible immédiatement, et conforme à la norme NF.

Le non-respect de cette disposition est en principe sanctionné par une amende de 11 €.

Toutefois, alors que celle-ci devait s'appliquer à compter du 1er novembre prochain, cette date est reportée au 1er mars 2013, ceci afin, précise le Ministre de l'intérieur, « de permettre à l’ensemble des conducteurs de s’équiper dans de bonnes conditions et à un juste prix ».

Il précise également qu'il proposera au comité interministériel de la sécurité routière de mettre à profit ce délai pour évaluer l’intérêt de ce dispositif en étroite association avec le conseil national de la sécurité routière et les associations d’usagers et de victimes de la route.

Source : Décret n° 2012-1197 du 29 octobre 2012, J.O. du 30.

 

Fiches pratiques
Modèles de docs

SARL-info ®

Renseignements juridiques illimités par nos experts au téléphone.

En savoir plus 

Agenda

Votre agenda personnalisé avec alertes

en savoir

Fiscal

Nouveaux plafonds d'amortissement, déduction partielle de la TVA sur l'essence, nouveaux cas d'exonération de TVS, telles sont les trois nouveautés qui concernent les voitures de sociétés à partir de cette année.

Lire la suite
Fiscal

Si, à partir du 1er juillet prochain, vous êtes amené(e) à circuler dans une zone à circulation restreinte, y compris pour un transit occasionnel, votre véhicule devra désormais arborer le certificat CRIT'Air.

Lire la suite
Fiscal

Le fisc renonce à imposer les revenus que des particuliers tirent d'activités de "co-consommation" qui correspondent à un partage de frais. Néanmoins, certaines conditions doivent être remplies.

Lire la suite