Embauche d’un apprenti : l’aide pour la première année portée à 5.000 ou à 8.000 €

  • Article publié le 9 juin 2020

Attention : cette aide ne sera le cas échéant attribuée que pour les embauches réalisées à partir du 1er juillet prochain.

Rappel des aides actuelles

En plus d'une exonération de charges sociales, l’embauche d’un apprenti par une entreprise de moins de 250 salariés donne déjà droit, actuellement, aux aides suivantes :

  • 4.125 € maximum pour la première année d'exécution du contrat d'apprentissage ;
  • 2.000 € maximum pour la deuxième année ;
  • 1.200 € maximum pour la troisième année.

Nouveaux montants annoncés

À l’issue d’une réunion avec les partenaires sociaux à l’Élysée le 4 juin 2020, la ministre du travail a annoncé que l’aide de la première année (4.125 €) serait portée aux montants suivants pour les embauches d’apprentis réalisées entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 :

  • 5 000 € pour les apprentis de moins de 18 ans ;
  • 8 000 € pour les apprentis de 18 ans et plus.
NB : il n'y a pas de changement pour les autres années.

« Cela revient à faire en sorte que tous les apprentis de moins de 20 ans ne représenteront aucun coût pour les entreprises », a annoncé la ministre du Travail.

En effet, la première année, le salaire minimum d’un apprenti s’élève à 4.992 € s’il a 16 ou 17 ans et à 7.944 € s’il a entre 18 et 20 ans. En revanche, pour les apprentis âgés de 21 à 25 ans, le coût annuel passe à 9.791 € et le reste à charge est donc de 150 € par mois.

NB : notons toutefois que dans certains secteurs, le coût d’un apprenti est nettement plus élevé. Dans le BTP par exemple, il s’élève à 7.400 € entre 16 et 17 ans, à 9.237 € entre 18 et 20 ans, et à 10.160 € au-delà.

Par ailleurs, alors que jusqu’ici cette aide n’était accordée que pour l’embauche d’apprentis visant un diplôme de niveau inférieur ou égal au bac, elle sera désormais également versée « pour toute embauche en apprentissage, du CAP à la licence professionnelle ».

Enfin, cette aide sera également étendue aux entreprises de 250 salariés et plus, mais sous réserve, pour elles, qu’elles atteignent un quota de 5 % d’alternants en 2021. Dans le cas contraire, elles devront rembourser.

Source : annonce de la ministre du travail du 4 juin 2020.