Social

Des changements concernant les visites médicales des salariés

Ajouter aux favoris

A partir de ce mois de juillet, plusieurs modifications relatives aux visites médicales des salariés entrent en vigueur. Sont notamment modifiées les dispositions relatives à certaines visites d'embauche ainsi qu'aux visites de reprise après un arrêt de travail.

Visite médicale d'embauche

Les employeurs doivent en principe soumettre leurs nouveaux salariés à une visite médicale assurée par un médecin du travail. Cette visite doit avoir lieu au plus tard avant l'expiration de la période d'essai, voire avant l'embauche s'agissant de salariés qui bénéficient d'une surveillance médicale renforcée (travailleurs de moins de 18 ans, femmes enceintes, travailleurs handicapés et salariés exposés à des risques particuliers).

Toutefois, le Code du travail prévoit que cette visite d'embauche n'est pas obligatoire si le salarié est embauché pour un emploi identique à celui qu'il occupait auparavant, mais à condition - et ici intervient un premier changement – que son précédent examen médical remonte à moins de 2 ans (au lieu d'un an auparavant) s'il est embauché chez le même employeur, ou à un moins d'un an (au lieu de 6 mois auparavant) s'il change d'entreprise.

Par ailleurs, des changements sont également intervenus en cas d'embauche de travailleurs saisonniers. Désormais en effet, un examen médical ne sera obligatoire que s'ils sont recrutés pour une durée au moins égale à 45 jours de travail effectif (à moins là encore que l'emploi soit équivalent à ceux occupés auparavant et que le précédent examen médical date de moins de deux ans).

Nota : rappelons que, par la suite, la visite médicale doit être renouvelée tous les 24 mois, sauf suivi médical adéquat assuré au sein de l'entreprise et agréé par les services de santé au travail.

Visites de reprise

Jusqu'ici les salariés bénéficiaient d'une visite de reprise pour toute absence :

  • d'au moins 21 jours lorsque l'arrêt de travail résultait d'une maladie ou d'un accident non professionnel ;
  • d'au moins 8 jours en cas d'arrêt de travail consécutif à un accident professionnel.

Alors que, désormais, la visite de reprise ne devra obligatoirement avoir lieu que dans trois cas limitativement énumérés par l'article R4624-22 du Code du travail :

  • après un congé de maternité
  • après une absence pour cause de maladie professionnelle
  • après une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel

La visite de reprise doit être organisée à l’initiative de l’employeur dès la reprise du travail (ou au plus tard dans les 8 jours) et l'employé ne peut pas s'y soustraire.

Par contre, l'obligation de soumettre le salarié absent de manière répétée à une visite de reprise est purement et simplement supprimée.

Source : Décrets n° 2012-135 et 137 du 30 janvier 2012 (J.O. du 31), entrés en vigueur le 1er juillet 2012.

Social

Les 243 conventions collectives qui existent actuellement sont bien sûr disponibles en ligne. Cependant, le code du travail n'en prévoit pas moins que toute entreprise qui emploie un ou plusieurs salariés doit tenir à leur disposition, sur le lieu de travail, un exemplaire à jour de la convention collective applicable.

Lire la suite
Social

Le service en ligne du compte personnel d’activité (CPA) a été officiellement lancé par le Gouvernement la semaine dernière. Si le CPA s’adresse principalement aux salariés, il est principalement alimenté par les employeurs.

Lire la suite
Social

Depuis le 1er janvier 2017, les employeurs sont tenus de révéler l'identité des salariés auteurs d'une infraction au code de la route avec une voiture de société. Un décret vient de sérieusement augmenter la liste des infractions concernées

Lire la suite