Social

Auto-entrepreneur : le statut maintenu mais les cotisations revues à la hausse

Ajouter aux favoris

Comme auparavant, les auto-entrepreneurs qui ne réalisent aucun chiffre d'affaires n'ont pas de cotisations à payer. Mais pour les autres en revanche, les taux sont relevés.

Pris pour l'application de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, un décret publié le 31 décembre dernier a relevé les taux des cotisations sociales dont sont redevables les auto-entrepreneurs.

Selon le Gouvernement, le but de ce relèvement est de garantir un niveau équivalent de cotisations entre les auto-entrepreneurs et les travailleurs indépendants qui relèvent du régime traditionnel.

Ces nouveaux taux sont applicables à compter du 1er janvier 2013 et ils s'établissent comme suit :

Activité Taux 2012 Taux 2013
Achat-vente 12 % 14 %
Professions libérales 18,3 % 21,3 %
Autres activités 21,3 % 24,6 %

Suite à ce relèvement, l'auto-entrepreneur exerçant une activité d'achat-vente et réalisant un chiffre d'affaires annuel de 81.500 € (maximum autorisé) devra s'acquitter d'un supplément de charges de 1.630 € par rapport à 2012.

Tandis qu'un professionnel libéral et un prestataire de services réalisant 32.600 €, paieront respectivement 978 € et  1.075 € en plus.

Source : Décret n° 2012-1551 du 28 décembre 2012, J.O. du 30.

Sur le même thème, lire également :


Votre statut

C'est confirmé : contrairement à leurs homologues non salariés et aux fonctionnaires, les mandataires sociaux qui relèvent du régime des salariés (Gérants minoritaires ou égalitaires de SARL, présidents de SAS ou de SASU) ne bénéficieront d'aucune compensation à la hausse de la CSG du 1er janvier prochain.

Lire la suite
Fiscal

Attention : bien qu'attrayant par sa simplicité apparente, le prélèvement forfaitaire unique de 30 % pourrait s'avérer trompeur et entraîner au contraire une surimposition pour bon nombre de contribuables, en particulier s'ils sont associés au sein d'une SARL.

Lire la suite
Votre statut

Appelé à disparaître à partir du 1er janvier prochain, le RSI fait le point, au travers d'un document questions-réponses, sur les conséquences immédiates de cette disparition pour ses assurés, tant au niveau du paiement des cotisations que du versement des prestations.

Lire la suite