Fiscal

Rappel : la déduction exceptionnelle pour investissement ne doit pas apparaître dans la comptabilité

Ajouter aux favoris

Pour certaines immobilisations acquises entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2016, les entreprises peuvent pratiquer une déduction supplémentaire égale à 40 % du prix de revient de ces biens. Cependant, cette déduction supplémentaire ne doit pas apparaître dans la comptabilité.

Rappel de la mesure

Pour certains biens d'investissement acquis entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2016, toutes les entreprises, petites ou grandes, peuvent déduire de leur bénéfice imposable 140 % du prix de revient de ces biens.

En pratique, elles déduisent l'amortissement du bien dans les conditions habituelles, mais peuvent pratiquer en plus une déduction supplémentaire égale à 40 % du prix de revient de l'investissement.

Toutefois, alors que l'amortissement classique du bien peut être calculé selon le mode dégressif, cette déduction supplémentaire doit toujours être calculée, en revanche, selon le mode linéaire et elle doit être répartie sur la durée normale d'utilisation du bien.

Ainsi, pour un bien dont la durée normale d'utilisation est de 4 ans, la déduction supplémentaire sera de 10 % par an, ce qui représente pour une société assujettie à l'I.S. au taux de 15 %, un avantage fiscal supplémentaire de 1,5 % du prix de revient du bien par année, ou de 3,4 % pour une société assujettie au taux de 33,33 %.

Cette déduction supplémentaire peut être opérée dès les résultats de 2015, pour les entreprises ayant réalisé un investissement éligible avant le 31 décembre 2015, et il peut également venir en déduction du montant des acomptes d'I.S. à payer.

Les biens éligibles

Cette déduction supplémentaire concerne uniquement certains investissements de nature industrielle et pouvant déjà bénéficier de l’amortissement dégressif, à savoir :

  • Les matériels et outillages utilisés pour des opérations industrielles de fabrication ou de transformation, à l'exclusion du matériel mobile ou roulant affecté à des opérations de transport, mais inclus néanmoinslesmatériels roulants qui concourent prioritairement à la réalisation d'une activité de production ou de transformation ou de manutention. Il s'agit notamment, dans le domaine industriel, de certains engins de travaux publics (les pelles mécaniques, bulldozers et niveleuses), et dans le domaine agricole, des tracteurs et d'une manière générale des matériels utilisés pour le travail de la terre (moissonneuses batteuses, épandeurs à fumier et pulvérisateurs, ensileuses, machines à vendanger, installation d'irrigation et de drainage, etc.).
  • Les matériels de manutention, notamment : les diables, chariots (y compris, éventuellement, pour les chariots électriques, les postes de charge correspondants), transporteurs à galets ou aériens, ponts roulants, tapis roulants, monte-charge, électro-aimants de levage, treuils et palans électriques, monorails.
  • Les installations productrices de vapeur, de chaleur ou d’énergie, notamment : les autoclaves et les chaudières, y compris les brûleurs, grilles et appareils d'alimentation ; les installations de chauffage central ou de chauffage à air chaud ; les radiateurs électriques ; les appareils de cuisine pour cantines industrielles ; les groupes électrogènes et les gazogènes ; les fours de boulangers démontables avec élévateur manuel. Par contre, sont exclus les équipements de production d’énergie électrique dont la production bénéficie de tarifs réglementés ;
  • Les installations destinées à l'épuration des eaux et à l'assainissement de l'atmosphère ;
  • Les matériels et outillages utilisés à des opérations de recherche scientifique ou technique.

Cas particulier des biens acquis sous contrat de crédit-bail ou en LOA

Bien qu'ils ne soient pas amortissables normalement, la déduction supplémentaire concerne également les biens éligibles qui ont fait l'objet d'un contrat de crédit-bail ou de location avec option d'achat conclu à compter du 15 avril 2015 et jusqu'au 14 avril 2016.

Dans ce cas, la déduction est égale à 40 % de la valeur d'origine du bien, hors frais financiers, et elle est répartie linéairement sur sa durée normale d'utilisation.

Pas d'inscription dans la comptabilité

Cette déduction exceptionnelle se distingue techniquement de l'amortissement car elle ne doit pas être inscrite dans la comptabilité.

En pratique, elle doit uniquement être imputée sur le résultat fiscal, de manière extra-comptable, en portant son montant sur la ligne « déductions diverses » du tableau de détermination de ce résultat contenu dans la liasse fiscale (ligne XG du tableau n° 2058-A pour les sociétés au réel normal, ou ligne 350 du cadre B de l'annexe n° 2033-B pour celles qui relèvent du régime simplifié).

 

En conséquence, cette déduction n'a aucune incidence sur le résultat comptable de l'entreprise, ni sur son bénéfice distribuable le cas échéant.

Par ailleurs, n'étant pas retenue non plus pour le calcul de la valeur nette comptable du bien, elle est sans incidence également sur le calcul de la plus-value en cas de cession de ce bien.

Source : BOI-BOI-BIC-BASE-100-20151104.

Fiscal

C'est terminé. Les logiciels acquis depuis le 1er janvier 2017, ainsi que les sites Internet, ne peuvent plus bénéficier de l'amortissement exceptionnel sur 12 mois.

Lire la suite
Fiscal

Sur simple demande de l'Administration, les entreprises sont désormais tenues (sous peine d'une amende de 5.000 €) de lui transmettre une copie de leur comptabilité informatisée. Cette nouvelle forme de contrôle fiscal, appelée "examen de comptabilité", a été instituée par la récente loi de finances rectificative pour 2016.

Lire la suite
Fiscal

Baisse de l'impôt sur les sociétés, augmentation du CICE : ce sont les deux mesures phares (et les deux bonnes nouvelles) de la loi de finances 2017 pour ce qui concerne les entreprises.

Lire la suite