Fiscal

Budget 2014 : adieu la taxe sur l'EBE, bonjour la nouvelle surtaxe sur l'I.S.

Ajouter aux favoris

Le Gouvernement a finalement renoncé à son projet de taxation de l'Excédent Brut d'Exploitation des entreprises (EBE). Ce dispositif mort-né sera remplacé par une « surtaxe temporaire sur l'I.S. ».

Après des semaines de discussions avec le patronat, le Gouvernement renonce finalement à son nouvel impôt assis sur l’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) des entreprises.

Cette taxe, dont le taux avait été fixé en dernier lieu à 1 %, devait, selon le projet de loi de finances pour 2014, frapper les entreprises réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros.

Mais les études d’impact ont très vite montré les effets néfastes de cette mesure pour l'économie. Le risque de pénalisation de l’investissement des entreprises notamment, ainsi que les probables transferts de fiscalité qu'elle aurait pu engendrer, étaient loin d'être négligeables.

Une nouvelle surtaxe sur l'I.S.

En remplacement de cette taxe, qui devait rapporter 2,5 milliards d'euros au budget de l'Etat, le gouvernement a annoncé la création d'une nouvelle "surtaxe temporaire sur l'impôt sur les sociétés".

Néanmoins, selon les dernières informations qui viennent d'être diffusées à ce sujet, il ne s'agirait pas à proprement parler d'une nouvelle taxe mais d'une augmentation conséquente de la surtaxe dont sont actuellement redevables sur l'I.S. les entreprises qui réalisent plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Cette surtaxe passerait en effet de 5 % actuellement à 10,7 %.

A suivre...


Fiscal

Entamée l'année dernière par le précédent Gouvernement, la baisse de l'impôt sur les sociétés va continuer et même s'amplifier. Néanmoins, il va falloir être patient.

Lire la suite
Fiscal

Le 15 septembre prochain constitue la date limite de paiement des acomptes d’impôt sur les sociétés (I.S.) et de CVAE. Mais savez-vous que vous n’êtes peut-être pas obligé(e) de verser les montants qui vous sont réclamés ?

Lire la suite
Aides

Normalement fixé à 20 %, le taux du crédit d'impôt Corse est désormais porté à 30 % pour les entreprises qui emploient moins de 11 salariés. L'Administration vient de préciser les conditions d'application de cette mesure.

Lire la suite