Social

BTP : bientôt une carte d'identification professionnelle obligatoire pour les salariés intervenant sur les chantiers

Ajouter aux favoris

Destinée à lutter contre les fraudes au détachement et contre le travail dissimulé, la future généralisation de cette carte, qui devra être demandée par l'employeur (sous peine d'amendes !), figure dans le projet de Loi pour la croissance et l'activité, qui sera débattu au Parlement à partir du 22 janvier prochain.

Tout salarié effectuant des travaux de bâtiment ou de travaux publics pour le compte d’une entreprise établie en France ou, en cas de détachement, pour le compte d’une entreprise établie hors de France, devra être muni d'une carte d’identification professionnelle qui sera délivrée par un organisme national désigné par décret.

Cette carte devra comporter les mentions relatives au salarié, à son employeur, le cas échéant à l’entreprise utilisatrice (pour les intérimaires notamment), ainsi qu’à l’organisme national qui l'aura délivrée.

C'est l'employeur qui devra effectuer une demande de carte pour chacun de ses salariés et tout manquement à cette obligation sera passible d'une amende administrative pouvant aller jusqu'à 2.000 € par salarié, ou jusqu'à 4.000 € en cas de réitération dans un délai d’un an à compter du jour de la notification de la première amende (sans toutefois que le montant total de l’amende puisse excéder 150.000 €).

Ces dispositions figurent dans le projet de Loi pour la croissance et l'activité (dite « Loi Macron »), qui sera débattue au Parlement à partir du 22 janvier prochain.


Social

Le projet de loi habilitant le Gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances a été adopté le 13 juillet en première lecture à l’Assemblée Nationale.

Lire la suite
Social

Les 249 conventions collectives qui existent actuellement sont bien sûr disponibles en ligne. Elles sont également éditées ou rééditées après mise à jour sous forme de fascicules "papier" ou numériques par la Direction des Journaux Officiels. Voici celles qui ont été rééditées au cours du premier semestre 2017.

Lire la suite
Social

Moins pénible en effet puisque les quatre facteurs de risque les plus controversés pourraient être retirés, et moins coûteux aussi puisque les cotisations devraient être supprimées.

Lire la suite