Juridique

De l'intérêt de déposer le nom de son site internet au Registre du Commerce

Ajouter aux favoris

Depuis le 1er septembre 2012, les entreprises ont la possibilité de déposer le nom de leur site internet au RCS. Une disposition facultative mais qui, selon les greffes, n'est pas dénuée d'intérêt.

La déclaration du nom de domaine de son ou de ses site(s) Internet se fait au greffe du Tribunal de commerce. Il s'agit d'une démarche très simple et purement déclarative.

Elle ne nécessite donc ni pièce justificative de l'existence du site, ni autre publicité légale (pas d'annonce dans un journal d’annonces légales notamment).

Ainsi déclaré, le nom de domaine a vocation à figurer sur l’extrait Kbis de la société, et cette mention n'est pas dénuée d'intérêt sur le plan juridique.

Un double intérêt

Par cette mention, la société peut apporter la preuve qu'elle utilise bien le ou les noms de domaine déclarés depuis le jour de leur publication, ce qui peut lui permettre de se prévaloir de l'antériorité de l'usage de ce nom à l'occasion d'une action en concurrence déloyale contre un tiers qui ferait usage du même nom.

En outre, elle permet aux internautes de s’assurer que le nom de domaine n’est pas usurpé et que le site vers lequel ils sont dirigés appartient bien à une entreprise légalement immatriculée au RCS.

Une formalité simple mais relativement coûteuse

La déclaration du nom de domaine peut se faire lors de l'immatriculation de la société, auquel cas elle n'entraîne aucun frais supplémentaire.

Elle peut aussi se faire à tout moment en cours de vie de la société, mais dans ce cas, l'opération est facturée 74,54 € par les greffes. Il s'agit certes d'un tarif réglementé, mais ce montant n'en paraît pas moins relativement prohibitif pour une simple formalité déclarative. D'autant plus que la même somme est réclamée pour chaque adjonction, modification ou suppression ultérieures d'un nom de domaine.

Source : communiqué Infogreffe du 27 mars 2014.

Aides

Faciliter l'implantation d'entreprises étrangères, accompagner le développement entrepreneurial, développer le numérique dans les échanges avec les douanes et l'administration fiscale, simplifier les règles de fonctionnement de certaines sociétés : tels sont les grands thèmes de ces 22 nouvelles simplifications pour les entreprises.

Lire la suite
Fiscal

L'Administration des impôts vient d'accorder un délai supplémentaire de 15 jours aux entreprises pour réaliser la télétransmission de leurs déclarations de résultats.

Lire la suite
Juridique

Cette simplification, issue de la loi Sapin II, porte sur l'obligation de désigner (ou non) un commissaire à la transformation.

Lire la suite