Commercial

Migration des moyens de paiement vers SEPA : votre société est-elle prête ?

Ajouter aux favoris

Cette migration devant obligatoirement être effectuée d'ici le 1er août prochain, il est de plus en plus urgent de s'en occuper... et gare aux sociétés qui ne seront pas prêtes !

De quoi s'agit-il ?

Le projet SEPA (Single Euro Payments Area – espace unique de paiement en euros) est un projet européen dont l’ambition est de créer une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune à l’ensemble des pays européens.

En tout, 32 pays sont concernés : les 27 pays de l’Union européenne, auxquels s’ajoutent la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein, la Suisse et Monaco.

Le 1er août 2014, le passage à SEPA devra être achevé : le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplaceront définitivement les dispositifs actuellement en vigueur dans chacun des pays concernés.

Des risques potentiels pour les entreprises

Aujourd'hui, les banques estiment qu'à peine plus de la moitié des virements et quelque 3 % seulement des prélèvements sont aux formats SEPA.

Pourtant, qu'elles soient petites ou grandes, la quasi-totalité des entreprises sont concernées et les risques potentiels sont loin d'être négligeables.

A partir du 1er février prochain en effet, date d'entrée en vigueur du nouveau dispositif, tous les ordres de virement ou de prélèvements qui ne seront pas conformes aux nouvelles normes seront automatiquement rejetés. Les entreprises qui ne feraient pas le nécessaire en temps voulu s'exposeraient donc à des diffultés opérationnelles importantes dans leur fonctionnement quotidien : par exemple le blocage des virements de salaires, le rejet des virements des clients, le blocage des prélèvements automatiques sur les comptes bancaires (assurances, RSI, contrats Madelin,...), etc.

Que faut-il faire ?

Pour la plupart des TPE/PME, les modifications liées à la migration SEPA sont assez simples, mais elles nécessitent néanmoins des évolutions informatiques qui peuvent demander un certain temps (en particulier pour les prélèvements) : mettre à jour les applicatifs si nécessaire, remplacer les identifiants bancaires nationaux par les coordonnées BIC-IBAN, tester les échanges informatiques avec la banque, etc.

Il vaut mieux donc ne plus attendre et prendre contact au plus vite avec son conseiller bancaire afin d'identifier avec lui les flux de paiement concernés et de planifier les opérations à effectuer.

Fiches pratiques
Modèles de docs

795
fiches

Pour répondre à tous les besoins du gérant de Sarl

Voir toutes les fiches pratiques

240
docs

Pour répondre à tous les besoins du gérant de Sarl

Voir tous les modèles de docs

SARL-info ®

Renseignements juridiques illimités par nos experts au téléphone.

En savoir plus 

Agenda

Votre agenda personnalisé avec alertes

en savoir

Commercial

621 voix pour, 26 contre ! C'est à une très large majorité que le Parlement Européen vient de voter le plafonnement des commissions que les banques prélèvent sur les paiements par cartes bancaires.

Lire la suite
Juridique

Ainsi viennent de se prononcer les juges de la Cour de cassation, dans une affaire où, pourtant, le prêt était cautionné par une tierce personne.

Lire la suite
Commercial

Selon une nouvelle loi promulguée cet été, les banques seront désormais tenues d'envoyer gratuitement à leurs clients commerçants un relevé annuel des frais facturés pour l'encaissement des paiements par carte bancaire.

Lire la suite