Juridique

SELARL de biologistes médicaux : un peu plus de liberté pour les associés

Ajouter aux favoris

Suite à un arrêt de la Cour de justice européenne, un décret vient de rendre un peu plus de liberté aux biologistes médicaux qui exercent leur profession au sein d'une SELARL.

Jusqu'ici, l'article R.6212-81 du code de la santé publique prévoyait qu'un biologiste médical ou tout professionnel de santé ne pouvait détenir des participations que dans deux sociétés constituées en vue d'exploiter en commun un ou plusieurs laboratoires d'analyses de biologie médicale, notamment des SELARL.

Mais désormais, cette limitation n'existe plus. Cet article vient en effet d'être purement et simplement abrogé par un décret du Premier ministre.

Cette décision fait suite à un arrêt de la Cour de justice de la Commission européenne (en date du 16 décembre 2010), qui avait jugé à l'époque que cette limitation n'était nullement justifiée par un objectif de protection de la santé publique, et qu'elle constituait par conséquent une restriction à la liberté d'établissement posée par l'article 43 du règlement CEE.

Source : Décret n° 2013-117 du 5 février 2013 relatif aux conditions d'exploitation d'un laboratoire de biologie médicale par une société d'exercice libéral (J.O. du 7).
Fiches pratiques
Modèles de docs

797
fiches

Pour répondre à tous les besoins du gérant de Sarl

Voir toutes les fiches pratiques

250
docs

Pour répondre à tous les besoins du gérant de Sarl

Voir tous les modèles de docs

SARL-info ®

Renseignements juridiques illimités par nos experts au téléphone.

En savoir plus 

Agenda

Votre agenda personnalisé avec alertes

en savoir

Juridique

Pris pour l'application de la loi santé de janvier 2016, un décret vient d'apporter plusieurs modifications au fonctionnement des sociétés d'exercice libéral de pharmaciens d'officine.

Lire la suite
Juridique

Promulguée cet été, la loi Macron contient plusieurs dispositions concernant les sociétés d'exercice libéral, notamment les SELARL.

Lire la suite
Juridique

Cependant, il ne faudrait pas en conclure pour autant qu'un associé peut avoir son compte courant d'associé débiteur... ceci reste interdit, même pour les associés non gérants.

Lire la suite