Nouveaux artisans : vous pouvez peut-être vous faire rembourser les frais de votre stage de préparation à l’installation

Ajouter aux favoris

Toute personne qui crée ou reprend une activité nécessitant son inscription au Répertoire des métiers, que ce soit à titre individuel ou en société, est en principe tenue (sauf dispense) de suivre un stage de préparation à l’installation. Le problème est que ce stage obligatoire est payant et représente même une dépense assez conséquente pour tout nouveau créateur (de l’ordre de 200 euros).

Mais selon la loi de modernisation de l’économie du mois d’août 2008, complétée par un décret du même mois, ce stage sera désormais financé, s’il ne l’est pas déjà par un organisme de formation professionnelle continue, par la taxe formation que payent les artisans en exercice.

Cela signifie en d’autres termes que si le créateur reste tenu de faire l’avance de ces frais, il peut désormais en demander le remboursement à sa chambre des métiers, une fois qu’il est immatriculé, et à condition que cette immatriculation ait eu lieu dans un délai de six mois à compter de la fin de la première partie de son stage (Art. 12 de la loi n° 2008-776 du 4-8-2008 ; Décret n° 2008-1051 du 10 octobre 2008, J.O. du 12).

Fiches pratiques
Modèles de docs

SARL-info ®

Renseignements juridiques illimités par nos experts au téléphone.

En savoir plus 

Agenda

Votre agenda personnalisé avec alertes

en savoir

Fiscal

En revanche, ils peuvent être en partie déductibles si la société est assujettie à l'I.R. C'est ce qui résulte de cette récente décision de la cour administrative d'appel de Marseille.

Lire la suite
Fiscal

L'arrêté du ministère du budget fixant les nouveaux barèmes des indemnités kilométriques vient de paraître au Journal Officiel. Pour les voitures, le plafonnement à 7 CV est confirmé, mais ce n'est pas la seule surprise désagréable...

Lire la suite
Social

Les indemnités pour frais de petits déplacements (transport et repas) versées à certains salariés des entreprises de travail temporaire ou du BTP peuvent, sous certaines conditions, être exonérées en fonction d’un barème particulier, qui vient d'être publié par l'URSSAF.

Lire la suite