Aides à l'embauche : les emplois francs bientôt de retour

  • Article publié le 14 nov. 2017

Institués en 2013 puis supprimés en 2015, les emplois francs devraient faire leur retour en 2018 sous une nouvelle version plus incitative.

Selon le ministère du travail, les leçons de l’échec de l'expérience précédente (moins de 300 emplois créés contre 10.000 attendus) ont été tirées : le public cible va être élargi, les CDD ne seront plus exclus, et le montant de l’aide sera plus important.

Le public cible élargi

Comme dans le passé, le nouveau dispositif sera destiné à favoriser les embauches dans certains quartiers prioritaires de la ville (QPV), dont la liste sera fixée par le ministère du travail.

Mais alors qu'auparavant l'aide ne pouvait être versée que pour l'embauche de personnes de moins de 30 ans, demandeurs d'emploi depuis au moins 12 mois, elle sera désormais élargie à l'embauche de « tout demandeur d'emploi ».

Extension aux CDD

Dans la précédente mouture, seules les embauches sous CDI et à temps complet ouvraient droit à l'aide. Désormais, elle sera étendue aux CDD de plus de 6 mois.

Une aide financière plus importante

Dans l'ancien dispositif, le montant total de l'aide était fixé à 5.000 € par embauche et faisait l'objet de deux versements d'un montant de 2.500 € chacun, le premier au terme de la période d'essai, le second au terme du dixième mois d'exécution du contrat de travail.

Dans la nouvelle version, il est prévu de porter cette aide à 15.000 € pour un CDI (versés sur trois ans) et à 5.000 € pour un CDD (versés sur deux ans).

Entrée en vigueur

Dans un premier temps, cette nouvelle aide à l'embauche va être expérimentée sur un nombre limité de quartiers prioritaires de la politique de la Ville (QPV), à partir du 1er avril 2018 et jusqu'au 31 décembre 2019. Un décret doit paraître dans ce sens.

Ensuite, si les résultats de cette expérimentation devaient s'avérer concluants, l'aide serait généralisée à partir de 2020.

Source : projet de loi de finances pour 2018 ; communiqué du ministère du travail du 9 novembre 2017.