Aider un chômeur à créer son entreprise peut vous ouvrir droit à une réduction d’impôt

Ajouter aux favoris

Vous pouvez justifier d’une expérience professionnelle vous rendant apte à apporter votre aide à un créateur ou à un repreneur d’entreprise dans l’ensemble de ses démarches et pour le démarrage de son activité ?

Vous pouvez dans ce cas bénéficier d’une réduction sur vos impôts personnels d’un montant de 1 000 euros par an et par personne aidée (dans la limite de trois personnes simultanément), ou de 1 400 euros si cette personne est handicapée.

Toutefois, ceci n’est vrai que si le créateur est inscrit comme demandeur d’emploi, ou titulaire du RSA, de l’allocation de parent isolé (A.P.I.), ou encore de l’allocation pour adultes handicapés (A.A.H.).

Par ailleurs, la réduction n’est accordée que si une convention tripartite est conclue entre vous-même, en tant qu’accompagnateur, le créateur ou repreneur d’entreprise, et une Maison pour l’emploi, et ceci entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2011. Par contre, ce créateur peut être un membre de votre famille, voire l’un de vos ascendants ou descendants.

Quant à la réduction, elle s’applique directement sur le montant de votre impôt sur le revenu. Mais dans le cas où elle serait supérieure à celui-ci, la différence ne serait pas remboursée, ni reportée sur les années suivantes (Art. 200 octies du CGI, loi n° 2008-776 du 4 août 2008, art. 69).


Fiscal

Mardi prochain 30 mai constitue la date limite pour les déclarants des départements 20 à 49. Rémunération de Gérant, avantages en nature, dividendes, intérêts, cessions de parts : voici comment déclarer ces revenus selon que vous êtes gérant ou associé, et selon que votre société est assujettie à l'I.S. ou à l'I.R.

Lire la suite
Social

Comme chacun sait, l'échéance pourrait être reportée d'un an. Néanmoins, les derniers décrets permettant l'entrée en vigueur du prélèvement de l'impôt à la source ont été signés et publiés à la toute dernière minute par l'ancien gouvernement.

Lire la suite
Fiscal

Le fisc renonce à imposer les revenus que des particuliers tirent d'activités de "co-consommation" qui correspondent à un partage de frais. Néanmoins, certaines conditions doivent être remplies.

Lire la suite